Isocinétisme

CKS-CLB (08)

 

Le dynamomètre isocinétique permet de rééduquer les articulations et de renforcer la capacité musculaire, tout en mesurant le travail réellement effectué par le patient. La précision des bilans donne au kinésithérapeute la possibilité de corriger le geste pour des résultats optimums.

L’Isocinétisme est une technique employée dans de nombreux secteurs d’activité allant de la traumatologie à la neurologie, en passant par la rhumatologie et l’entraînement du sportif de haut niveau.

Intérêts de l’isocinétisme

L’Isocinétisme a un triple intérêt : l’évaluation musculaire, l’orientation de la rééducation et le critère de reprise de l’activité sportive.

  • L’évaluation musculaire : les tests isocinétiques ont pour objet d’évaluer la force d’un groupe musculaire et ce, de façon dynamique, en se rapprochant le plus possible du travail physiologique. Ainsi, par la réalisation d’un test isocinétique, la force est recueillie puis analysée par informatique. Différentes mesures naîtront de cette analyse : le moment de force développé en tout point du mouvement à la vitesse de travail demandée (appelé aussi couple de force ou pic de couple), le travail réalisé lors du test ou lors des différentes répétitions, la puissance développé, la fatigue au travail, l’angle d’efficacité maximale et le rapport agonistes/antagonistes.

Dès lors, ces mesures permettent une multitude de comparaison :

  • analyse d’un membre par rapport à l’autre (côté sain/côté opéré ou lésé)
  • analyse d’un membre avant et après opération
  • analyse des muscles agonistes et antagonistes d’un même membre (par exemple : quadriceps/ischio-jambiers)
  • analyse d’un individu par rapport à une population de même âge.

Ces comparaisons sont très importantes car elles permettent de déterminer les répercussions fonctionnelles d’une lésion en déficit par rapport au côté sain supposé normal et d’orienter ainsi la rééducation.

  • La rééducation : en fonction des résultats obtenus (manque de force, manque de puissance ou de résistance à l’étirement, anomalie de courbe), il devient possible d’adapter les techniques de rééducation en utilisant ou non le renforcement musculaire isocinétique. En cas d’utilisation de ce type de travail, différents protocoles découleront de l’analyse des résultats et une nouvelle évaluation permettra de contrôler l’efficacité du protocole de rééducation mis en place.
  • Le critère de reprise de l’activité sportive : l’évaluation musculaire isocinétique doit faire partie des critères de reprise de l’activité sportive. Par exemple, pour reprendre la course à pied, il faut éviter un trop grand déficit du quadriceps du membre lésé. Autrement dit, un manque de puissance ou de force musculaire peut-être préjudiciable à la qualité de la reprise sportive, alors qu’une insuffisance de force musculaire excentrique favorise la survenue des récidives. Néanmoins, il faudra tenir compte lors de ces évaluations de la particularité des différents sports.

Les avantages de l’Isocinétisme

Les avantages de l’Isocinétisme sont nombreux. En évaluation, la méthode isocinétique permet une évaluation fonctionnelle significative d’un grand nombre d’articulations en respectant au plus près la physiologie du mouvement. En exercice, cette méthode permet un travail musculaire maximum afin d’obtenir des gains substantiels de force, d’amplitude musculaire et ainsi réduire la durée d’entraînement et de rétablissement.